Universités

Les institutions universitaires de la Communauté française doivent assurer une triple mission : l'enseignement, la recherche et des services à la communauté.

Au cours des premières années, l'enseignement universitaire propose une formation de base dans la discipline choisie ainsi qu'une large formation scientifique générale. Par la suite, il approfondit la démarche de recherche scientifique et propose des contenus spécialisés. Il forme ainsi des cadres supérieurs et des chercheurs de haut niveau. Les études universitaires sont organisées en trois cycles. Les études de premier et de deuxième cycle correspondent aux études de base.

Les études de premier cycle (1er cycle de transition) conduisent au grade académique de bachelier. Leur durée est de trois ans au moins (180 crédits). Il sanctionne une formation de base généralement indispensable pour aborder le deuxième cycle.
Les études de deuxième cycle (2ème cycle professionnalisant) mènent, elles, aux grades académiques de master (après un an (60 crédits) ou deux ans (120 crédits) au moins), de médecin (quatre ans (240 crédits) au moins), de médecin vétérinaire (trois ans (180 crédits) au moins). Ces études comportent un enseignement « spécialisé » ainsi qu'en règle générale la présentation d'un mémoire de fin d'études.

Les études de deuxième cycle de master en 120 crédits ou plus comprennent au moins un choix de 30 crédits spécifiques donnant à cette formation l'une des finalités suivantes :

 La finalité didactique qui comprend la formation pédagogique spécifique en application du décret du 8 février 2001 définissant la formation initiale des agrégés de l'enseignement secondaire supérieur ou du décret du 17 mai 1999 relatif à l'enseignement supérieur artistique. Elle n'est organisée que pour les grades académiques correspondant aux titres requis pour cette profession.
 La finalité approfondie préparant à la recherche scientifique : elle comprend à la fois des enseignements approfondis dans une discipline particulière et une formation générale au métier de chercheur. Cette option n'est organisée que pour les domaines d'études universitaires visés à l'article 31 dudit décret.
 La finalité spécialisée dans une discipline particulière du domaine à laquelle se rattache le cursus qui vise des compétences professionnelles ou artistiques particulières.

Les Universités organisent une ou plusieurs finalités, éventuellement plusieurs finalités spécialisées différentes.

A l'issue d'une formation initiale d'au moins 300 crédits sanctionnée par le grade académique de master, des études de deuxième cycle sont proposées dans certaines filières et conduisent, au terme d'une année d'études (60 crédits) au moins au grade académique de master complémentaires (MC).

Cette formation vise à faire acquérir une qualification professionnelle spécialisée correspondant à au moins une des finalités suivantes :

- Autoriser l'exercice de certaines professions, dans le respect des dispositions légales correspondantes dans le secteur de la santé;
- Répondre aux besoins de formations spécifiques conçues dans le cadre de programmes de coopération au développement;
- Donner accès à des titres et grades particuliers exigés par la loi ou aux compétences particulières et reconnues des équipes de recherche et d'enseignement, qui présentent un caractère d'originalité, d'unicité et de spécificité en Communauté française.

Les études de troisième cycle comprennent :

- La formation doctorale (60 crédits) qui conduit à l'obtention d'un certificat de formation à la recherche;
- Les travaux relatifs à la préparation d'une thèse de doctorat (correspondant forfaitairement à au moins 180 crédits), qui conduisent au grade académique de docteur après soutenance de la thèse; 
Cette formation s'acquiert après une formation initiale d'au moins 300 crédits sanctionnée par un grade académique de master. Parmi eux, 60 crédits de doctorat peuvent être acquis au cours d'une formation doctorale précitée.

Conditions d'accès


En règle générale, le porteur d'un certificat d'enseignement secondaire supérieur homologué (CESS) a accès à l'enseignement supérieur.

Sont « valables », pour ce faire, les CESS délivrés par les jurys ou les établissements d'enseignement secondaire général, technique et professionnel de plein exercice ou de promotion sociale organisés ou subventionnés par la Communauté française.
Généralement, les CESS délivrés en Communauté germanophone ou flamande permettent également l'accès à l'Enseignement supérieur.
Les diplômes ou certificats d'études étrangers, reconnus équivalents au CESS, permettent également l'accès à l'Enseignement supérieur.

Les étudiants qui ne sont titulaires d'aucun des titres autorisant l'accès à l'Enseignement supérieur peuvent néanmoins entrer à l'Université par la réussite de l'examen d'admission organisé par une Université organisée ou subventionnée par la Communauté française (la réussite de cet examen permet l'accès à toutes les études, à l'exception des études d'ingénieur civil, dans toutes les Universités de la Communauté française) ; 
l'examen spécial d'admission en sciences de l'ingénieur (ingénieurs civils) – épreuve complète (la réussite de cet examen permet l'accès à toutes les études y compris celles d'ingénieur civil dans toutes les Universités de la Communauté française).

Lorsque le CESS a été délivré avant l'année 1993-1994, il doit être accompagné pour l'accès aux études de premier cycle d'un cursus de type long, du diplôme d'aptitude à accéder à l'enseignement supérieur.
L'accès au grade de bachelier en sciences de l'ingénieur (ingénieurs civils) est lié à la réussite d'un concours spécial d'admission interuniversitaire organisé par les universités.
Les porteurs d'un diplôme de l'enseignement supérieur de plein exercice ont également accès à l'enseignement universitaire par les mécanismes des passerelles (renvoi vers le site des passerelles), de la valorisation des crédits et de l'expérience professionnelle et personnelle.

Coût
Droits normaux : 835€ (inscription aux examens+inscription au rôle et assurance); 
- Minerval réduit pour étudiants non-boursiers à revenus modestes : 374€ (inscription aux examens + inscription au rôle et assurance); certaines universités pratiquent également un tarif social (pour les conditions il faut se renseigner à l'université même – concerne les étudiants non-boursiers, n'étant pas considérés à revenus modestes mais ayant des difficultés financières) : 485€ (inscription aux examens + inscription au rôle et assurance) 
- Exemption totale du minerval pour étudiants bénéficiaires d'une bourse d'études de la Communauté française : gratuité totale (inscription aux examens + inscription au rôle et assurance).

- AESS / CAPAES : les frais d'inscriptions à ces formations varient d'une université à l'autre. Ainsi à l'ULB le montant est de 237€ alors qu'à l'UCL il est de 279€.

Attention, si vous êtes ressortissant d'un état ne faisant pas partie de l'Union européenne, en plus du minerval, vous pourrez vous voir réclamer des droits complémentaires d'inscription appelés aussi droits d'inscription supplémentaires. Ces droits, dont le montant est fixé par chaque Université et qui varient en fonction de l'orientation d'études choisie, ne peuvent excéder 15 fois le montant du droit d'inscription (article 27 §4 de la loi du 27 juillet 1971).

icon facebookicon twittericon googleinsta


  sondage carré

 scoopit unécof

Novembre 2014 Décembre 2014 Janvier 2015
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31